Actuellement, une vague de suppressions d’emplois s’abat sur Air France, qui va devoir se séparer de très nombreux salariés. Visiblement, ce n’est pas le cas pour tout le monde, et dans le monde du low cost, les entreprises ont l’air de mieux se porter. Sauf que…

RyanAir par exemple, est particulièrement en bonne santé, mais cela s’explique par un fonctionnement qui n’a pas l’air de réjouir certains salariés. Un pilote qui ne travaille désormais plus pour la compagnie a avoué qu’il avait été obligé de s’immatriculer en tant qu’entreprise afin de pouvoir rejoindre RyanAir, juste après sa sortie de l’école de pilote. Il est vrai que sans expérience, cela pouvait sembler intéressant, en tout cas sur le moment.

Des salariés sans rémunération fixe et sans assurance maladie

RyanAir, des emplois dissimulés ?

Ce qui est en revanche beaucoup moins réjouissant, c’est le fait que le pilote ne pouvait alors disposer d’aucune sécurité vis-à-vis de son emploi actuel, notamment parce qu’il ne bénéficiait d’aucune assurance maladie, ni d’un salaire fixe évidemment. Ces congés eux non plus, n’étaient d’ailleurs pas payés.

Il s’agit d’un moyen plutôt malin certes, mais particulièrement négligeant de recruter. Le pilote en question a décidé de déposer plainte, de manière à faire valoir ses droits, afin de pouvoir démontrer le fait qu’il s’agisse d’un emploi dissimulé.

Le low cost se paye donc, d’une manière ou d’une autre, et si ce n’est pas le passager, c’est donc le pilote, qui trinque.

Leave a comment