Vous aimez les enfants et vous avez envie d’ouvrir une micro-crèche ? Ce secteur reste encore exploitable aujourd’hui. L’ouverture d’un tel établissement passe par de nombreuses étapes.  Lisez le guide pour ouvrir votre micro-crèche avec facilité.

En quoi une micro-crèche est différente d’une crèche traditionnelle

Les deux structures se ressemblent dans la mesure où elles sont créées pour accueillir des enfants de bas âge de quelques mois à 6 ans. Dans le cas d’une micro-crèche, vous pouvez créer :

  • Un établissement privé : la gestion est assurée soit par une entreprise soit par une association.
  • Un établissement public :  la gestion est assurée par une collectivité territoriale

Il est possible pour une mini-crèche privée d’être conventionnées par la CAF ou caisse d’allocations familiales. Cela permet aux parents d’accéder à ces établissements à un prix réduit.

La plus grande différence entre une mini-crèche et une crèche traditionnelle se trouve au niveau du nombre d’enfants que l’établissement peut recevoir au maximum : 10 enfants et pas plus. Ce qui lui permet d’accompagner chaque enfant individuellement pour mieux les connaître.  La micro-crèche contribue énormément à l’éveil des enfants qu’elle accueille au sein de la structure. Elle offre aux enfants un espace ludique où la sécurité est au rendez-vous.

Etes-vous éligible pour ouvrir une micro-crèche ?

L’ouverture d’une micro-crèche peut se faire même si vous n’avez aucun diplôme. Néanmoins, il existe certaines obligations à prendre en compte notamment la désignation d’un référent technique de l’établissement. Ce dernier aura quelques responsabilités dont :

  • Garantir la sécurité et l’équilibre des enfants que l’établissement accueille
  • Coordonner le personnel
  • Mettre en place le projet pour accueillir les enfants, etc.

La loi n’exige pas un spécialiste de la petite enfance pour le poste de référent technique de la micro-crèche.   Malgré cela, vous aurez besoin de faire intervenir régulièrement un professionnel de la petite enfance disposant d’un diplôme d’Etat en puériculture (ou bien un diplôme en éducation de jeunes enfants).  Ce professionnel peut intervenir sous un contrat à temps partiel.

Il convient de préciser que la réglementation du personnel est d’une très grande souplesse au sein d’une micro-crèche. Les équipes jouissent d’ailleurs d’une grande indépendance. La règle est que la micro-crèche dédie un professionnel diplômé pour trois enfants.  Il faut que chaque professionnel dédié dispose des diplômes requis (puériculture, éducation de jeunes enfants, infirmier, etc.). A défaut de ces diplômes il doit au moins avoir une certification de niveau V ou justifier d’une expérience professionnelle de trois années au poste d’assistant maternel agréé.

Le choix du statut juridique pour ouvrir une micro-crèche

Plusieurs options s’offrent à vous pour ouvrir votre micro-crèche. Premièrement, le statut d’auto-entrepreneur est envisageable mais déconseillé car il faudra se soumettre au plafond micro-entrepreneur. Cela ne vous permet pas, en effet, de développer votre activité. Une fois votre chiffre d’affaires dépasse les 70.000 euros, vous serez obligé de basculer vers un autre régime. La création de société est donc plus adaptée et vous pouvez choisir entre les structures juridiques suivantes :

  • EURL ou SASU si vous vous lancez tout seul
  • SARL ou SAS si vous comptez monter votre micro-crèche avec des associés.

Laisser un commentaire