Cet article vous a plu ?

Ouvrir un salon de coiffure en tant que travailleur indépendant n’est pas une chose simple. Parfois, on se pose de nombreuses questions. Comment ouvrir votre propre salon de coiffure ?  Le guide suivant peut énormément vous aider à exercer cette activité professionnelle qui peut être artisanale ou commerciale.

De quel type d’activité s’agit-il ?

En exerçant le métier de coiffeur, beaucoup ignorent le type de leur activité professionnelle. Une fois que vous exercez votre activité de coiffeur dans un salon de coiffure, vous êtes un artisan. Cette activité artisanale peut être combinée avec une activité commerciale si vous voulez faire de l’achat-revente de produits cosmétiques au sein de votre salon de beauté. Aujourd’hui, la majorité des coiffeurs cumulent le métier de coiffeur avec la revente de produits capillaires (soins capillaires, produits cosmétiques, appareils chauffants comme brushing, fer à boucler, etc.), ce qui contribue considérablement à une augmentation de leur revenu. Faites attention à ce que votre salon ne dépasse pas un certain seuil sinon votre activité sera classée purement commerciale : le nombre de salarié ne doit pas dépasser le nombre de 10.

Le diplôme requis pour ouvrir un salon de coiffure

Pour devenir coiffeur professionnel, il faut disposer d’un savoir-faire. L’ouverture d’un salon de beauté demande que vous ayez un des diplômes suivant au moins : brevet professionnel en coiffure (Bp coiffure) ou d’un diplôme faisant partie de ceux inscrits au répertoire national de certification professionnelle dans un secteur en rapport direct avec la coiffure. Vous pouvez aussi ouvrir votre propre salon si vous êtes titulaire du brevet en maîtrise de coiffure. Tout cela pour dire que le métier de coiffeur n’est pas dédié à n’importe qui. Néanmoins, si vous n’avez aucun de ces diplômes mais que vous voulez quand même ouvrir un salon de coiffure, assurez-vous que l’un des salariés que vous avez embauchés dispose d’un d’entre eux. Si votre conjoint possède un des diplômes, l’ouverture du salon de coiffure peut aussi se faire. Si c’est le cas, on parle soit de conjoint-collaborateur ou de conjoint-salarié.

Créer une société ou non pour ouvrir un salon de coiffure ?

Pour ouvrir votre salon dédié aux soins esthétiques et capillaires, la création d’une structure juridique est-elle nécessaire ? L’ouverture d’une coiffure par la création de société est plus intéressante que celle avec un statut d’auto-entrepreneur. En effet, le statut d’auto-entrepreneur doit respecter un certain plafond au niveau du chiffre d’affaires. Lorsque ce plafond est excédé, la sortie du régime micro-entrepreneur est inévitable. En créant une société, vous profitez de plus de sécurité. D’ailleurs, vous avez le choix entre différentes structures juridiques à savoir la SARL ou la SAS si vous vous lancez avec un ou plusieurs associés. Si vous vous lancez tout seul, optez plutôt pour une entreprise unipersonnelle : une EURL ou une Sasu. L’EURL vous offre plus de sécurité car votre patrimoine personnel est à l’abri des créanciers en cas de difficulté sachant que votre responsabilité est limitée à vos apports. Idem pour la Sasu ou société par actions simplifiée unipersonnelle.

Les obligations du coiffeur

En exerçant le  métier de coiffeur styliste, vous devez respecter certaines obligations à savoir l’affichage correcte de tarifs : prix toutes taxes comprises. La facture doit aussi mentionner certaines informations notamment le montant à payer HT et TTC. Par ailleurs, sachant que votre salon de coiffure accueille du public, il doit se conformer aux règles de sécurité imposées à un tel établissement notamment en ce qui concerne les incendies. Si vous envisagez de diffuser de la musique dans votre Institut de beauté, vous devez obtenir l’autorisation provenant de la SACEM. Pour un salon de luxe, assurez-vous de connaître toutes les réglementations relatives aux services haut de gamme que vous comptez proposer, surtout en matière sanitaire.

En outre, le coiffeur visagiste n’est plus tenu, depuis l’entrée en vigueur de la loi PACTE du 24 mai 2019, de suivre le stage de préparation à l’installation. Néanmoins, ce stage peut l’aider à développer ses connaissances dans le domaine de la constitution de société artisanale. D’ailleurs, le stage ne dure que quelques jours et le prix est accessible (194 euros pour 4 à 5 jours). En outre, la création de société commerciale s’accompagne de nombreuses obligations dont la rédaction des statuts, l’inscription au registre du commerce et des sociétés, etc.

Vous savez maintenant comment ouvrir un salon de coiffure, dans la même catégorie, nous vous invitons à lire comment ouvrir un institut de beauté.

Leave a comment