Ouvrir un gîte est un projet rentable à condition de bien s’y prendre. Si vous faites parties des personnes qui rêvent d’ouvrir un gîte, prenez le temps de bien étudier votre projet avant de le concrétiser. Vous pouvez vous lancer et en faire un complément de revenu ou votre activité principale. Quel est le statut juridique le plus adapté ?

Un gîte c’est quoi ?

Un gîte figure parmi les différents types de logement de vacances prisés par les touristes et les vacanciers. A la différence de la chambre d’hôte, le gîte ne peut se trouver dans votre maison. Il s’agit, en effet, d’une habitation indépendante meublée et équipée pour accueillir les clients. On peut y trouver un salon, une chambre ou une cuisine. En tant que professionnel dans l’hébergement, vous devez choisir un statut juridique adapté à votre projet. Par ailleurs, vous êtes libre de faire de ce projet un complément de revenu ou une activité principale.

Ouvrir un gîte pour des revenus complémentaires 

Si le gîte constitue pour vous des revenus complémentaires, vous n’avez pas de choisir de statut juridique. Vous êtes considéré comme un loueur en meublé. Ainsi, votre statut fiscal dépend des revenus que votre gîte vous apporte. Si cette activité de loueur en meublé génère moins de 23.000 euros, la création d’une entreprise n’est pas nécessaire. On parle d’ailleurs de patrimoine personnel que vous allez gérer vous-même. Aujourd’hui, beaucoup de loueurs en meublé se trouvent dans cette situation et ils doivent s’acquitter de leurs taxes locales tout en réalisant une déclaration de revenus sur la feuille d’impôt (IR). Par ailleurs, ils sont épargnés de toute cotisation sociale : cela veut dire qu’ils n’ont pas droit à une couverture maladie et ne peuvent prétendre aux droits à la retraite.

Louer un gîte en tant qu’activité principale

Une fois vos revenus annuels générés par le gîte est supérieur à 23.000 euros, vous devez créer une entreprise et choisir le bon statut juridique. Il s’agira, en effet, d’une activité commerciale et vous êtes considéré comme un loueur en meublé professionnel. Il est vivement conseillé d’opter pour un statut juridique proposant des obligations et des démarches administratives moins lourdes et plus simples. Souhaitez-vous vous lancer tout seul dans votre projet ou bien vous associer avec d’autres professionnels ? Vous choisirez le bon statut juridique en fonction de la situation.  Si vous êtes le seul associé, les entreprises unipersonnelles sont adaptées : la SASU ou l’EURL. Si vous avez un ou des associez, optez plutôt pour la SARL ou le SAS. A noter que la création de société vous offre l’opportunité de gérer un village de gîte. En outre, avant de concrétiser votre projet, assurez-vous de trouver le financement nécessaire.

Louer un gîte en tant qu’auto-entrepreneur

Lorsque vous commencez à lancer votre activité de loueur en meublé, le statut d’auto-entrepreneur semble adapté. Ce statut propose de multiples avantages mais pour en profiter vous devez remplir certaines conditions  notamment un chiffre d’affaires inférieur  ou égal à 70.000 euros.  Avec le régime auto-entrepreneur, vous pouvez profiter de la franchise de TVA. L’inconvénient de ce régime est qu’il n’assure pas une meilleure protection de votre patrimoine personnel contrairement à une société.

Voilà comment ouvrir un gîte, découvrez également comment ouvrir un camping dans la même catégorie hébergement.

Laisser un commentaire