De nos jours, la profession VTC ou voiture de transport avec chauffeur séduit de plus en plus d’entrepreneurs. Quelles différences avec les taxis ? Beaucoup de gens se posent cette question aujourd’hui.

Les deux métiers à la loupe

Si vous voulez devenir VTC, les démarches sont plus faciles que celles pour devenir Taxis. En effet, il est inutile par exemple de demander une ADS ou autorisation de stationnement. Néanmoins, la profession de VTC n’est pas pour tout le monde car il faut quand même remplir certaines conditions à savoir :

  • Etre majeur
  • Détenir le permis de plus trois ans
  • Disposer d’un casier judiciaire vierge
  • Avoir suivi une formation VTC
  • Passer un examen VTC, etc.

L’examen est indispensable pour obtenir la carte professionnelle VTC avant d’exercer la profession.

La profession de taxis, quant à elle, est plus encadrée. Pour l’exercer, vous devez posséder une licence de taxi. A noter que cette licence est incessible depuis quelques années (2014). Néanmoins, si vous disposez d’ADS datant d’avant cette année, vous pouvez toujours la céder.  Pour cela, il faut adresser une demande à la mairie (ou la préfecture de police) de la commune où vous exercez.De nos jours, les vieilles ADS peuvent coûter cher (une bonne dizaine de milliers d’euros). La location d’ADS est aussi possible à condition qu’elle ait été délivrée avant l’année 2014.

L’essentiel de l’encadrement des métiers du transport

Sachant que l’accès à ces deux professions est différent, leurs règles de fonctionnement ne sont pas non plus les mêmes. Les taxis ont le droit de stationner librement sur la voie publique et les clients peuvent les interpeller depuis le trottoir. En revanche, pour profiter des services de VTC, il faut réserver au préalable. On peut dire que le monopole de la maraude revient aux taxis. De plus, ils disposent d’un bloc lumineux qui permet de les distinguer facilement.  Ils profitent également de règles de circulation plus intéressantes par rapport aux autres véhicules notamment les VTC. En effet, ils ont endroits de stationnement qui leur sont réservés notamment dans les lieux les plus populaires comme les aéroports et les gares. Par ailleurs, ils sont autorisés à emprunter les mêmes trajets que les bus. Cependant, en termes de tarification, celle des taxis est réglementée contrairement à celle des VTC qui disposent d’une grande liberté. Les taxis doivent respecter le barème des tarifs imposé chaque année. Les clients, grâce aux horodateurs, connaissent le tarif de la course à l’arrivée à leur destination. Pour les VTC, le coût est connu à l’avance et les clients peuvent d’ailleurs négocier. En outre, si un chauffeur de taxi est autorisé à réaliser des courses en tant que VTC, l’inverse ne peut se faire.

Bref, l’accès à la profession est plus compliqué pour les taxis mais la réglementation joue en leur faveur  en protégeant davantage leur monopole. De plus, le chauffeur de taxi a la chance de réaliser des courses VTC s’il le souhaite. Pour cela, il suffit qu’il se rende sur une plateforme réservée aux VTC.

Laisser un commentaire