ouvrir entreprise de bâtiment

Parmi les investissements qui rapportent aujourd’hui, on retrouve la création d’entreprise de bâtiment. Vous voulez créer une entreprise de bâtiment ? C’est un projet qui ne s’improvise pas. Découvrez toutes les informations utiles à ce sujet dans ce qui suit.

Quelles sont les qualifications requises pour la création d’une entreprise de BTP ?

Il y a  certains prérequis avant de pouvoir créer une entreprise de BTP. Pour commencer, vous devez disposer d’une qualification professionnelle. Il vous faut donc détenir un diplôme dans le domaine du BTP. Il peut s’agit d’un CAP, d’un BEP ou d’un diplôme plus élevé. Vous devez savoir que toutes les activités relevant du BTP sont réglementées, voilà pourquoi la détention de qualification professionnelle est exigée. Il faut préciser que les activités dans ce domaine sont particulièrement nombreuses et si vous comptez proposer plusieurs d’entre elles, il faut en détenir la qualification professionnelle y afférente. Par exemple, vous désirez proposer de la maçonnerie, assurez-vous d’avoir une qualification professionnelle dans ce domaine (CAP par exemple) et vous ne pouvez proposer d’autres activités en dehors. Si vous voulez proposer des prestations en menuiserie, vous devez disposer un diplôme dans le domaine. En effet, le métier de maçon n’a rien à voir avec celui du menuisier. Ceci dit, assurez-vous d’avoir toutes les qualifications relatives aux prestations que vous désirez proposer avant d’ouvrir une entreprise de BTP.

Toutefois, il est possible de créer une entreprise en BTP sans diplôme mais il faut avoir une expérience significative dans le domaine. Trois années d’expérience sont suffisantes pour que vous puissiez ouvrir votre entreprise de BTP. Autrement dit, si vous avez été plombier avec un statut de salarié auparavant, vous avez l’opportunité de créer votre propre société de BTP. A préciser cependant que les qualifications professionnelles sont requises pour les entreprises de BTP qui touchent vraiment à la structure des bâtiments (charpente, couverture, terrassement, électricité, mur, etc.). 

Monter son entreprise de bâtiment en auto-entreprise

Vous avez plusieurs options lorsque vous décidez de monter votre entreprise de BTP. Si vous êtes seul, vous pouvez opter pour l’auto-entreprise, l’EURL ou la SASU. Si vous avez des associés, vous pouvez monter une SARL ou une SAS. L’auto-entreprise a des avantages, le statut se distingue par sa grande simplicité et sa facilité de gestion. Ce statut est bon pour débuter dans le secteur du bâtiment, après vous aurez toujours le choix de basculer vers la création d’une des sociétés citées précédemment.

Voici les étapes à suivre pour devenir auto-entrepreneur dans le bâtiment : 

Si vous avez la qualification professionnelle pour créer une entreprise de BTP, il vous faut vous tenir informé de tout et bien s’organiser. Devenir auto-entrepreneur demande l’établissement d’une déclaration sans la moindre erreur car sinon cela retardera le démarrage de votre activité. Notez d’ailleurs que cela peut vous faire écoper des pénalités. Le mieux c’est de se faire accompagner pour éviter une telle situation. Rendez-vous sur le site dédié aux auto-entrepreneurs Auto-Entrepreneur.fr en partenariat avec le Guichet Entreprise pour l’accompagnement des auto-entrepreneurs dans leur déclaration officielle. Sur le site, des conseillers sont à votre disposition pour vous aider dans l’ouverture de votre auto-entreprise. Ainsi, vous obtiendrez toutes les informations relatives à vos obligations futures. 

Parmi les obligations de l’auto-entrepreneur, on peut citer :

  • Générer son chiffre d’affaires en tenant compte du seuil de TVA de 33.200€ et seuil maximal de 70.000€ car son activité relève de l’artisanat. Les seuils changent s’il vend également de la marchandise provenant de son activité : seuil de TVA de 82.800 € et seuil maximal 170.000€.
  • Payer des charges proportionnelles à votre CA
  • Tenir un livre comptable, vous êtes libre en ce qui concerne la forme du livre (papier ou numérique). 

L’auto-entrepreneur est aussi tenu de souscrire des assurances pour sécuriser son activité suivant l’article L241-1 du code des assurances. Ces assurances peuvent couvrir tous les incidents liés à l’activité du bâtiment que l’auto-entreprise propose. Il y a l’assurance décennale qui couvre les réparations des dégâts sur un bâtiment pendant 10 ans. Cela peut concerner l’étanchéité, le revêtement, etc.). Choisissez une assurance décennale adaptée à vos chantiers. En ce qui concerne, l’assurance responsabilité civile, celle-ci couvre la réparation des dégâts causés à un tiers dans l’exercice de l’activité. Il ne vous reste qu’à fixer votre taux journalier en fonction de votre métier.

Leave a comment