Alors que le patronat commençait déjà à se réjouir des nouvelles mesures gouvernementales, ayant pour but d’alléger les charges pour les entreprises qui embauchent, il se pourrait qu’un nouveau retournement de situation soit déjà en cours. Rappelons que les baisses de charges ont été déjà reportées d’un trimestre, bien qu’elles soient prévues pour 2016.

Manifestement, d’autres changements pourraient avoir lieu encore. En effet, dans le cadre du pacte de responsabilité, les salaires concernés représentaient, au plafond, 1,6 SMIC. Les nouvelles dispositions avaient augmenté ce plafond à hauteur de 3,5 SMIC. Visiblement, Christophe Caresche souhaite que ce plafond se situe à 2,5 Smic, rejoignant la limite actuelle pour obtenir le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi.

Qu’en sera-t-il réellement ? Pour le moment on dispose d’assez peu d’informations.

Faire diminuer le plafond : une grosse erreur ?

 Charges allégées pour 2016

Certains économistes, tels que Gilles Koléda par exemple, estiment que le fait de prévoir un plafond de 3,5 Smic est plus judicieux, puisque cela permet de favoriser les salaires intermédiaires, que l’on retrouve notamment dans l’industrie. En aidant ce secteur, on relance la compétitivité, et à terme, on profitera fort probablement d’une relance des embauches plus significative.

Bien entendu, il ne s’agit que d’hypothèses, mais il semblerait que le long terme ne soit pas réellement visé par les hommes de notre gouvernement. Christophe Caresche répond d’ailleurs qu’il souhaite surtout générer des emplois aujourd’hui, et pas uniquement à terme. Est-ce un bon calcul, de privilégier aujourd’hui, sans penser à demain ? Politique…

Leave a comment