Les start-up françaises seraient plus résistantes

0

Dans le monde de l’entreprise en France, les auraient plus de chances de tenir le coup, selon une étude récente de la Coface. C’est en effet ce qui a été conclus après une analyse du paysage de l’ français de ces dernières années.

Elles auraient ainsi tendance à mieux résister aux premières années qui sont critiques, celles du lancement. Cependant, cette étude indique aussi que certains freins existent encore, et pourraient empêcher ces entreprises d’un genre tout particulier à prendre un réel essor, notamment pour des raisons liées aux levées de fonds.

Plus de résilience, mais il y a un mais…

Source : http://blog.moov-up.fr

Source : http://blog.moov-up.fr

Le taux de défaillance serait de 2,3% chez les start-up contre 2,5% sur la totalité des structures. Cette statistique peut s’expliquer par le fait que les start-up bénéficient avant même leur lancement d’un bon filtrage, ainsi celles qui n’ont pas vraiment d’avenir ne verront pour beaucoup, jamais le jour.

De même, on justifie également ces chiffres par d’autres critères, comme le niveau d’études des créateurs de start-up qui est généralement supérieur. De plus, la perception des risques et des bénéfices serait supérieure chez les créateurs de start-up que chez les autres, expliquant ainsi certaines disparités.

Le seul hic se situe dans les investissements, sachant que les fonds de capital-risque sont souvent insuffisants, si on les compare à des pays comme l’Allemagne par exemple. Mais avec le temps, certaines pratiques ont tendance à se généraliser, comme le crowfunding et l’intervention de business angels, qui encadrent financièrement la création de start-up prometteuses en France.

Share.

About Author

Robert, 51 ans, je suis consultant depuis 20 ans auprès des créateurs d'entreprise pour les guider sur le chemin de la réussite. Je vous donnerai quelques ficelles lors de mes différentes interventions.

Leave A Reply

FacebookTwitterLinkedInWhatsApp