Le buy back : une pratique de plus en plus répandue

0

Ce que l’on appelle le buy back outre-Atlantique, n’est autre que le rachat d’actions. Cette pratique est fortement plébiscitée chez nos voisins américains, mais le Français reste encore timide sur le sujet. Cela étant, cette année on pourrait atteindre le record de 2007, de 15 milliards d’euros de rachat d’actions par les entreprises.

Cela est du à notamment au fait que les actionnaires ne sont plus aussi excités qu’avant par les projets de développement de ces entreprises dans lesquelles ils ont investi. Résultat : ils récupèrent leur argent.

Le problème vient justement de ces derniers, qui cherchent à avoir toujours plus d’argent, et qui n’hésitent pas à reprendre leurs billes dès lors que cela ne tourne plus en leur faveur.

Un manque d’innovation de la part des entreprises

Un point sur le buyback

L’ennemi de l’actionnaire, c’est l’entreprise qui stagne, ceci explique le buy back qui devient une pratique de plus en plus fréquente. Mais au final, cela pourrait profiter à des structures plus petites. Le malheur des uns fait le bonheur des autres !

Cet engouement pour le buyback ne signifie pas non plus que les actionnaires vont arrêter leurs achats, c’est plutôt que ceux-ci iront chercher des structures prometteuses, comme les , ouvrant ainsi la voie à de jeunes pousses pleines d’avenir, en diversifiant les investissements vers d’autres destinataires.

Deux solutions : que les entreprises de grande envergure retrouvent du dynamisme et un brin d’audace, ou d’accepter que les actionnaires iront vers les structures pourvues d’un fort développement. Le capitalisme semble prendre des voies de plus en plus détournées…

Share.

About Author

Laura 35 ans, chef d'entreprise, j'aime me tenir au courant des nouveautés du secteur, et je n'hésiterai pas à vous en faire profiter par le biais de mes articles. À bientôt !

Leave A Reply

FacebookTwitterLinkedInWhatsApp