La technologie au service de l' »uberisation »

0

Les nouvelles technologies ont été l’occasion pour de nombreuses entreprises de s’épanouir dans le contexte actuel qui est dominé par le numérique. Mais différentes analyses peuvent être effectuées au sein de tous ces services qui ont vu le jour récemment, et dont certaines pratiques sont aujourd’hui décriées.

Uber en tête bien sûr, mais aussi Airbnb ou Blablacar ont en quelque sorte court-circuité les modèles établis, et ont offert une nouvelle manière de fonctionner. Or, il y a une dizaine d’années, les choses se seraient probablement passées fort différemment.

À cette époque encore, on ne cherchait pas forcément à bousculer les modèles établis au risque même, qu’ils disparaissent parfois. Le but était plutôt d’offrir des technologies visant à les améliorer. Ainsi, on estime par exemple, qu’Airbnb aurait pu vendre son concept à une chaine hôtelière ou qu’Uber aurait pu devenir un petit programme sur mobile destiné à aider les taxis dans leur fonctionnement pour les moderniser.

Or, aujourd’hui, capitalisme aidant, on cherche plutôt à s’approprier un business déjà existant.

Plus d’intermédiaire entre le pro et le particulier

L'uberisation est en marche

Il en résulte alors ces nouveaux modèles économiques, où l’on va supprimer les intermédiaires, et ainsi être plus proche du particulier. Celui-ci est en quelque sorte à la merci de ces entreprises, qui certes ont permis une vraie révolution, mais à la fois pourraient être amenées à disparaître si les pros déjà établis se mettaient à se rebeller. L’exemple des taxis est tout à fait réel, les hôtels et les municipalités commencent déjà à se rebiffer contre Airbnb, quelle sera la suite ?

Share.

About Author

Lombert Oriane

Oriane, 32 ans, rédactrice de métier et passionnée d'entrepreneuriat, je suis heureuse de partager avec vous ma curiosité pour ce domaine, et de vous informer au jour le jour sur les nouveautés.

Leave A Reply

FacebookTwitterLinkedInWhatsApp