La controverse autour du « droit à l’erreur »

0

Les dernières lois concernant les entrepreneurs et les entreprises qui ont fait leur apparition dernièrement diffèrent de par leurs conséquences, mais ont un objectif commun : celui de permettre aux entreprises d’embaucher plus facilement, de manière à résorber les problèmes de chômage.

Or, Emmanuel Macron, Ministre actuel de l’économie, s’est exprimé vis-à-vis d’une possibilité qui divise : celle de pouvoir bénéficier d’un droit à l’erreur.

Concrètement, de quoi s’agit-il ? Le but serait de reconnaître que les entreprises, surtout les plus petites, sont susceptibles de se tromper en embauchant quelqu’un, surtout quand on constate que les résultats sont médiocres, voire même qu’ils ont tendance à mettre l’entreprise en danger, depuis que le salarié a passé la porte de cette dernière.

C’est probablement le début d’une longue polémique.

Mieux embaucher, ou licencier davantage ?

Source : http://static.lexpress.fr

Source : http://static.lexpress.fr

Il est bien sûr légitime que l’entreprise puisse avoir des droits, et qu’il soit plus aisé de renvoyer quelqu’un qui ne fait pas l’affaire, et dont les capacités sont en deçà de ce qui est attendu, voire même contradictoire vis-à-vis du CV fourni durant le recrutement.

Mais une question demeure : quelles seront les dérives d’une telle possibilité ? De quelle manière sera-t-elle mise en place si elle l’est et quelles en seront les conditions ?

C’est en juin que le droit à l’erreur sera discuté, en compagnie de dirigeants de TPE et PME lors d’une conférence tenue par le ministre. Bien entendu, les syndicats sont déjà prêts à se faire entendre pour s’ériger contre cette éventuelle mesure… la suite dans les mois à venir.

Share.

About Author

Lombert Oriane

Oriane, 32 ans, rédactrice de métier et passionnée d'entrepreneuriat, je suis heureuse de partager avec vous ma curiosité pour ce domaine, et de vous informer au jour le jour sur les nouveautés.

Leave A Reply

FacebookTwitterLinkedInWhatsApp