Sélectionner une page

L’apport en numéraire constitue l’un des trois types d’apports
possibles pour créer une entreprise, en plus de l’apport en nature et en industrie. Il consiste
en la contribution d’une personne au profit d’une société de certains fonds. Cette somme
d’argent participe à la formation du capital social. L’apporteur devient alors actionnaire à la
constitution de la société ou lors de l’augmentation de capital. Il détient des parts sociales
correspondant au montant déposé.

Le procédé

Ce fonds est déposé sur un compte ouvert au nom de l’entreprise en création et bloqué
jusqu’à son immatriculation. Il peut également le déposer chez un notaire ou à la Caisse des
dépôts et consignations. Dans certains types de société, comme les SA, SARL, SNC ou SAS, il
est possible de ne libérer qu’une partie des apports en numéraire lors de la formation de
l’entreprise. La partie non versée est inscrite dans l’actif du bilan de la société dans un
compte intitulé « capital souscrit, non appelé ». Dans l’hypothèse où l’entreprise n’est pas
créée dans les 6 mois suivant le dépôt de cette somme, l’associé a la possibilité d’ester en
justice pour demander la récupération des apports qu’il a effectués.